navigation

La relation thérapeutique? mais ça va de soi!… 22 décembre, 2014

Posté par thierryperonmagnan dans : Enseignement,Maladie de Parkinson,Paroles de patients , trackback

Pour faire suite au cours (CEERRF) de vendredi : « De la relation thérapeutique à l’approche psycho-éducative dans la prise en charge rééducative de la maladie de Parkinson; une introduction aux différents modèles théoriques » , voici ci-dessous un article qui illustre bien une partie de nos préoccupations, à savoir la relation thérapeutique. Cet article provient de La Lettre du Neurologue N° 10 (Décembre 2014).

Faut-il se préoccuper du vécu émotionnel des étudiants en médecine ?
Should we be concerned about the emotional experiences of medical students?

André Grimaldi
Service de diabétologie, hôpital de la Pitié-Salpêtrière, Paris

Le film Hippocrate rencontre un succès inattendu. En le voyant, on comprend que, à l’hôpital, l’expression du vécu émotionnel des internes et des médecins n’a pas de place et serait même dans une certaine mesure déplacée. Pour les plus jeunes, la salle de garde joue ou plutôt jouait le rôle de soupape, l’hyperbole sexuelle y défi ait la mort. L’ancien modèle relationnel était celui du paternalisme, infantilisant le malade “pour son bien”. Ce modèle off rait en même temps l’avantage de protéger le médecin, par définition bienfaisant. Les temps ont changé. Aujourd’hui, chacun doit trouver sa solution pour supporter la souffrance, l’angoisse et les plaintes des autres. De nos jours, on apprend à éteindre toute émotion en se consacrant – si ce n’est exclusivement, du moins prioritairement – à la maladie ou à l’acte thérapeutique, c’est-à-dire en devenant peu ou prou un ingénieur. C’est d’ailleurs parfaitement légitime en situation d’urgence. N’est-ce pas par ailleurs le modèle relationnel adapté à la recherche clinique thérapeutique, dont le principe de base est de supprimer au mieux toute subjectivité, du patient comme du médecin, grâce au “double aveugle” ? Pourtant, les responsables de la communication ne cessent de proclamer que le patient est un “client” qui doit être placé au “coeur” ou au “centre” de l’activité hospitalière. Comment expliquer la contradiction entre le slogan et la pratique ? Elle trouve son origine au sein même du cursus de la formation médicale. L’étudiant de première année est submergé par la sympathie. Il souffre de la souffrance du malade. Il a peur de sa peur. Sa main tremble et il tourne facilement de l’oeil. Les infirmières le soutiennent. Puis, apprenant dans les livres les maladies, il connaît en général une phase hypochondriaque durant laquelle il croit être atteint de diverses pathologies ou se demande si ses proches n’en présentent pas les symptômes. L’accumulation massive de connaissances et l’excès de travail ont un effet sédatif. Les étudiants en médecine sortent bien souvent de cette période avec un émoussement émotionnel et parfois même une dépression. Indifférents aux autres et désaffectés de soi. Ils s’interrogent alors sur leur choix professionnel et se demandent, comme Benjamin, le jeune interne du film Hippocrate, s’ils n’ont pas fait fausse route. Certains finissent dans l’indifférence à l’égard des patients, quand ce n’est pas dans l’arrogance, l’ironie ou, pire, la détestation. Le patient est alors davantage un porteur de maladie, un objet de recherche ou de gain qu’un sujet de soins. Heureusement, d’autres gardent ou retrouvent l’aptitude à se laisser toucher par l’histoire singulière du malade, souvent banale mais presque toujours douloureuse, condition première de l’empathie. Comment aider les jeunes à passer de la sympathie du novice à l’empathie du professionnel ? La solution, bien sûr, est de pratiquer une médecine qui ne soit centrée ni sur la maladie et son traitement, ni sur le paiement à l’acte ou la T2A, mais sur le patient. On le dit, on ne cesse de le répéter. Oui, mais pour se centrer sur l’autre, encore faut-il pouvoir se décentrer de soi.

Et pour se décentrer de soi, il faut à la fois disposer d’une solide identité professionnelle et bénéficier d’une niche émotionnelle personnelle sécurisante. C’est justement ce qui fait défaut aux jeunes internes. Comment résoudre cette contradiction ? D’abord en cessant de penser et d’expliquer qu’un vrai professionnel doit se comporter en technicien sans émotion. Ensuite en développant tout au long des stages hospitaliers des moments d’analyse partagée entre seniors et débutants sur le vécu des patients et sur la relation avec les soignants (médicaux et paramédicaux), en permettant à chacun d’exprimer ses émotions. La présence d’un tiers “superviseur”, comme cela se pratique en psychiatrie, pourrait en cela être très utile. Enfin, en développant l’enseignement de la “médecine narrative”, qui resitue l’histoire du vécu de la maladie dans l’histoire de vie du patient. Michael Balint l’avait dit et écrit. Mais, comme le disait Jean Lapresle, “tout a déjà été écrit, mais tout n’a pas été lu !”

Commentaires»

pas encore de commentaires

Laisser un commentaire

SEPagrave |
LE BLOG ALCOOL ADDICT |
Ma vie en blanc |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Elle aime / Ella ama
| Magnetiseur-guerisseur
| Solutions en toute amitié