navigation

maladie de Parkinson et Chute = rééducation? 5 mars, 2015

Posté par thierryperonmagnan dans : Non classé , trackback

La rééducation, comme le confirment maintenant de nombreuses études, a toute sa place dans le traitement de la maladie de Parkinson . Elles soulignent le retentissement favorable sur la qualité de vie des patients et, de façon transversale, dans les registres: physique, psychologique et social. L’étude ci-dessous a recherché l’intérêt de la rééducation sur la prévention des chutes. Il semble que le bénéfice de la prévention des chutes soient plus liée à l’état d’avancement de la maladie qu’aux stratégies rééducatives. Celles-ci seraient utiles en début de maladie (UPDRS<26) mais moins significatives à un stade avancé, constat que l’on peut souvent faire en pratique.
On peut toutefois  faire une remarque, dans cette étude il n’y avait pas d’accompagnement kiné tout au long des séances (autorééducation à domicile) mais seulement une supervision une fois par mois. Alors que l’on sait toute l’importance de l’accompagnement, des répétitions des consignes par exemple, dans cette population.

Parkinson : pas moins de chutes malgré un programme d’exercices spécifiques

maladie de Parkinson et Chute = rééducation? carac_photo_1

Les patients atteints de maladie de Parkinson (MP) sont souvent victimes de chutes et l’objectif de cette étude était d’évaluer les effets potentiels d’un programme d’exercices visant a améliorer l’équilibre, la force musculaire des membres inférieurs et l’enrayage cinétique sur le risque de chute dans ce contexte.

Deux cent trente et un malades ont été randomisés pour recevoir soit des conseils « anti-chute » et un programme d’exercices sur 6 mois (n =115), soit des conseils anti-chute seuls (n =116).

Le programme d’intervention incluait 40 à 60 mn d’exercices 3 fois par semaine. Une fois par mois, les exercices étaient supervisés par un kinésithérapeute mais les autres séances étaient réalisées à domicile.

Les conseils anti-chute étaient donnés dans les deux groupes par l’intermédiaire d’un livret.

Le critère principal d’évaluation était le nombre de chutes et la proportion de chuteurs sur 6 mois.

Les critères secondaires comprenaient des tests physiques (force musculaire, stabilité, test « assis debout », vitesse de marche, questionnaire « freezing » évaluant les blocages à la marche), des tests psychologiques (répercussions émotionnelles, peur de chuter) et des tests de qualité de vie (short form 12 version 2).

Au total, sur 6 mois, 467 chutes (4,1 par personne) ont été rapportées dans le groupe exercices et 810 (7/personne) dans le groupe contrôle, sans différence significative (rapport du taux d’incidence [IRR] = 0,73, intervalle de confiance à 95 % [IC 95 %] 0,45-1,17, p = 0,18).

Il n’y avait pas non plus de différence au niveau du pourcentage de chuteurs entre les groupes (65 % vs 70 %, risque relatif [RR] = 0,93, IC 95 % 0,78-1,12, p = 0,45).

Les analyses de sous groupe montrent qu’il y avait pour les patients ayant une maladie de moindre sévérité (score moteur « unified Parkinson’s disease rating scale ; UPDRS < 26) et soumis au programme d’intervention, une réduction de 69 % du risque de chute (IRR = 0,31, IC95 % 0,15-0,62, p = 0,001) et une plus faible proportion de chuteurs (RR = 0,69, IC95 % 0,52-0,90, p = 0,01) versus groupe contrôle. Chez ceux ayant une maladie plus sévère en revanche, le nombre de chutes n’a pas été diminué (IRR = 1,61, IC95 % : 0,86-3,03, p=0,13) et il y avait plus de chuteurs (RR=1,28, IC95 % 1,01-1,62, p=0,04).

A 6 mois, après ajustement pour les performances à l’entrée, le groupe exercice faisait significativement mieux que le groupe contrôle sur les tests assis debout, les tests psychologiques et le test de qualité de vie.

En conclusion, un programme d’exercices spécifique ne semble pas diminuer le risque de chutes pour les malades atteints de Parkinson, mais améliore les performances physiques, la santé mentale et la qualité de vie.

Dr Juliette Lasoudris Laloux

RÉFÉRENCE
Canning CG et coll. : Exercise for falls prevention in Parkinson disease. A randomized controlled trial. Neurology, 2015; 84: 304–312.

Commentaires»

1 19 20 21
  1. Esse método de ensino para tocar guitarra começa
    simplesmente com as partes do instrumento, os nomes das cordas, afinação, e técnica, explorando básico de teoria músico com tópicos uma vez que escalas, tríades, power chords,
    digitações e formatos.

    Check out my web-site – curso de guitarra online gratis

  2. Podem participar simplesmente alunos de graduação, de mestrado ou de doutorado que tenham concluído até 90% do totalidade de créditos de
    seu curso.

    Here is my homepage; curso de frances

  3. Here is my webpage falar francês online

  4. É uma óptimo forma de se aprender britânico, observando e também interagindo com pessoal de demais países (até pegando as gírias que pessoal usa por exemplo).

    Feel free to surf to my web site: lingua francesa no brasil [linkglobus.net]

  5. Look into my homepage – oxinova creme formula (http://www.dinamik.az)

1 19 20 21

Laisser un commentaire

SEPagrave |
LE BLOG ALCOOL ADDICT |
Ma vie en blanc |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Elle aime / Ella ama
| Magnetiseur-guerisseur
| Solutions en toute amitié